onu_assemblee.jpg

Participant à la 66ème Assemblée générale de l’ONU à New York, Idriss Deby à la tête d’une délégation tchadienne méprisée et dépréciée, a prononcé un discours fade et pâle pour implorer la communauté internationale à venir en aide au Tchad.

 Il est à rappeler que depuis la chute du régime Khadafi, la réputation d’Idriss Deby est affectée  gravement  au sein d’un environnement international méfiant à son égard.

Son appel  de l’aide adressé aux  Etats membres de l’ONU en faveur du Tchad, qui, selon son angle de perception, accueille des réfugiés et déplacés en provenance de la Libye, n’a pas suscité enthousiasme et réaction dans les rangs des Nations participantes.

Idriss Deby est entièrement responsable de ce qui arrive à son pouvoir du fait du soutien qu’il a apporté à un régime chancelant du colonel Khadafi.

La gestion calamiteuse et opaque des ressources économiques du pays, la mal-gouvernance politique, le déficit démocratique  et les violations systématiques des droits de l’homme au Tchad, ont lourdement contribué à peser sur la crédibilité du régime de Ndjaména.

Les différents rapports des représentations internationales et diplomatiques accréditées au Tchad, informent largement l’opinion mondiale sur la nature du régime actuel incarné par un homme et de son clan.

La communauté internationale ne peut donc être séduite par des propos creux d’un pouvoir illégitime.

 A l’instar de la crise du Darfour dont la gestion par le Tchad, reste défaillante, il faut relever que toute aide humanitaire internationale  réclamée par Idriss Deby, ira directement dans les poches des dignitaires du régime et ne profitera en aucun cas aux personnes  nécessiteuses au nom desquelles, on lance l’appel.

 

Makaila Nguebla

 

 

 

 

Tag(s) : #Articles
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog