« Communiqué conjoint (ACAT- Tchad, ASJDH, CTDDH , DHSF)

artoff88684-copie-1


Que la lumière soit faite sur les crimes de guerre au Tchad


Action des Chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT – Tchad), Association Sociale des Jeunes pour la Défense des Droits Humains (ASJDH) , la Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains (CTDDH) et Doit de l’Homme Sans Frontières (DHSF) ont suivi avec satisfaction sur les antennes d’une station internationale ce jour 17 Octobre 2012 la réaction du gouvernement Français sur le dossier IBNI Oumar Mahamat Saleh opposant politique disparu lors des événement survenus au Tchad du 2 au 3 Février 2008 .
Ainsi, l’opinion nationale et internationale y compris sa famille sont restés sans nouvelles de lui jusqu’à ce jour accréditant la thèse de sa mort par suite de torture. Pourtant, la Constitution du Tchad à son article 17 dispose « la personne humaine est sacrée et inviolable ; tout individu a droit à la vie et à l’intégrité physique de sa personne(…) ».
Profondément préoccupées par la disparition de l’opposant non armé, les organisations signataires soutiennent la position du Président français et exhortent les partenaires et pays amis du Tchad à soutenir cette même position afin que lumière soit faite sur cette disparition.
De plus, les organisations signataires rappellent à l’opinion nationale et internationale que durant les événements analogues à ceux de 2008, de nombreux cadres de l’armée nationale ont été forcés à la disparition depuis Avril 2006. Il s’agit entre autres de : Adil Ousmane, Abdoulaye 44, Kamis Dokone, Abakar Gawi etc.


Par ailleurs, les organisations précitées saisissent cette opportunité pour déplorer et condamner la confusion de pouvoirs au Tchad qui se matérialise par la transformation de la justice en un instrument de répression et/ ou de règlement de compte des leaders d’opinion y compris les syndicalistes, les journalistes et les défenseurs des droits de l’homme.
Les organisations signataires exhortent la justice tchadienne à arrêter et juger les présumés auteurs de ces crimes de guerre dans les meilleurs délais ; dans le cas contraire, celles-ci se verront dans l’obligation de saisir la Cour Pénale Internationale.
Fait à N’Djamena le 19 Octobre 2012.

Les signataires
Action des Chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT- Tchad) , Gosngar Blaise
Association Sociale des Jeunes pour la Défense des Droits Humains(ASJDH), Pando E .Hervé
Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains (CTDDH) ,Mahamat Nour A . Ibedou
Droits de l’Homme Sans Frontières (DHSF), Deuzoubé Daniel Passalet
 »

Tag(s) : #Communiqués de Presse
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog