De sources concordantes, des éléments de l’armée tchadienne sont partie de la base de Tessalit, une localité située au Nord-est du Mali,  précisément du camp militaire d’Amachach, pour protester contre le désintérêt dont ils font l’objet.

En effet, depuis leur participation à l’opération militaire internationale contre les jihadistes, les soldats tchadiens n’ont perçu ni salaires ni primes. De plus, les conditions de vie, pour le moins agréable, ne font qu’amplifier le sentiment de délaissement qui a pris place au milieu d’eux. Selon le coordonnateur du Collectif de soutien aux forces armées tchadiennes en intervention au Mali (FATIM), « les soldats se sentent oubliés, et ont presque plus besoin d’un soutien moral que financier ».

Pour faire face à la situation, des hauts gradés de l’armée de l’Etat du Tchad sont, depuis hier mardi, sur le territoire malien, dans la plus grande ville du Nord du pays à savoir Gao. Leur but est de trouver une issue favorable pour tous ceux qui, de près ou de loin, sont concernés par l’affaire. Outre cette mission,  la hiérarchie a pour rôle de faire entendre raison aux 160 militaires qui ont déserté leur position ; car, même si leur besoin d’être relevés presse, ladite hiérarchie a mis en exergue que la relève est, présentement, encore en formation.

Quoiqu’il en soit, la visite, sur place, demain jeudi, du Président de la République tchadienne, à l’occasion d’une cérémonie festive marquant le début du mandat d’IBK à la tête du Mali, est porteur d’espoir ; puisqu’elle devrait pouvoir contribuer à apaiser les tensions, mieux à apporter des réponses précises aux préoccupations des soldats déserteurs.

 

Source: http://geotribune.com/6665-tchad-des-soldats-desertent-tessalit-sans-autorisation-hierarchique.html

Tag(s) : #Articles
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog